Hitorique : Abus dangereux

Publié le par BC

 Bon sur ce coup là je la joue feignant, le texte qui suit est tout simplement le réel historique (Ah l'Histoire, la Vraie !) de la compagnie "Abus dangereux" qui crée les pièces de la Toto Brother's Company. Voilà c'est dit, bonne lecture...

 

 Ah et puisque les plans feignants ne me gênent pas, surtout quand ils sont vrais et bons, pour ceux qui veulent m'envoyer des petites choses sur la TBC, n'hésitez pas, l'avantage d'un site non officiel c'est qu'on peut y passer ce que l'on veut.

 

 

 

 

 Historique  

 

         Si la naissance officielle d' ABUS DANGEREUX date du 2 janvier 1988, sa gestation fut longue, très longue, bien plus longue que celle de n'importe quel éléphanteau, quelque soit son origine.

 

           Nos archivistes doivent remonter le temps jusqu'à l'année 1983, où ils découvrent la lueur timide d'une étincelle dans les mémoires théâtrales de la Maison pour Tous de Marcoussis. En effet, à cette époque, l'Atelier Théâtre, sous la direction de la Compagnie Z, montait "PLEIN GAZ", la première pièce écrite par la Toto Brother's Company. Déjà, s'ébauchait le fragile embryon du bourreau à la hache.

 

          L'an suivant, les mêmes récidivent avec une fresque historique à la gloire de la quête du Graal Marcoussissien à travers le temps, la recherche éternelle de la Fraise Mythique."UNE FRAISE DANS LE SABLIER" voit le jour. Elle laissera un souvenir indélébile de joyeux débiles dans les mémoires indigènes.

 

          La Compagnie Z, en 1985, cessa ses activités avec la Maison pour Tous, mais le feu des planches brûlait toujours la plante des pieds de l'Atelier Théâtre! Pratiquement seuls, les courageux petits comédiens en herbe montent "LE COMPLEXE DU TYPE", la troisième pièce de la Toto Brother's Company. On y verra défiler la glorieuse légion romaine, se battre des gladiateurs et l'incendie de Rome sur une scène de la dimension d'un mouchoir de toge! Le f?tus ricanait, au chaud sous sa cagoule.

 

           Puis vint une année sabbatique: 1986.

 

          N'y tenant plus, l'Atelier Théâtre de la Maison pour Tous se reforma. Depuis longtemps, Kurosawa et le cinéma nippon les faisaient rêver. Les mélopées des geishas et les cris de guerre des samouraïs emplirent donc le Mill Club transformé en petit théâtre pendant cette période. On s'adonna à la pratique assidue du thé au jasmin et à l'exercice du sabre.

 

          "LA PETITE MAISON DE THE DANS LA PRAIRIE" initia le cher public local à l'art du Kabuki. C'était en mai 87.

 

          En octobre de la même année, le bébé bourreau tranche d'un coup sec de hache le cordon qui le retenait encore à la MPT.

 

          Il naît officiellement en janvier 88 et remonte "LA MAISON DE THE". Il est à noter que le spectacle d'Abus Dangereux fut le premier à remplir la nouvelle salle de 300 places Jean Montaru.

 

          Avril 1989. L'équipe se lance dans un pari fou: faire mieux que Lucas et Spielberg avec 2000 F de subvention municipale!

 

          Abus Dangereux monte "L'ETOILE ROUGE NE REPOND PLUS!", une pièce de science-fiction soviétique écrite par la Toto Brother's Company. Des moyens colossaux sont engagés: la maquette d'un vaisseau spatial de 15 km de long, film, photo, musique décoiffante, costumes futuristes et soviétiques, décors époustouflants et le concours d'un extra-terrestre encore plus effrayant que la belle-mère d'E.T.!!

 

          Ils reviennent sur Terre en 1991 pour "L'HORRIBLE AFFAIRE DE MAC CINNOCK CASTLE", une comédie policière very british, signée une nouvelle fois des Toto Brothers.

 

          Puis soudainement, en avril 96, ils revisitent, ré-écrivent et remontent "LE COMPLEXE DU TYPE ou NERON FACE A SON DESTIN", un péplum délirant salué unanimement par la presse locale coincée dans l'arène du Cirque Maxime entre une meute de gladiateurs et une bande de lions affamés.

          Le 8 décembre 2001, ils partent sur les traces d'Alexandre Dumas avec " SAUVEZ LE DAUPHIN! ", une pièce de Cape & d'Épée avec poursuites, duels et cavalcades.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Théâtre

Commenter cet article